Category OSBGS Mag

ENDTRODUCING… 20 ANS DÉJÀ ! / Endtroducing… already twenty years !

English version belows

 

En 1996, le producteur américain DJ Shadow sort sur Mo’Wax, le label de James Lavelle, Endtroducing, un album intemporel qui s’écoute encore aujourd’hui avec le même plaisir. Cet album produit avec de multiples samples devient la pierre angulaire du mélange entre le Hip-Hop et d’autres genres musicaux.

DJ Shadow, Josh Davis de son vrai nom, découvre le Hip-Hop au début des années 1980 et s’installe rapidement derrière les platines. Au début de la décennie suivante, il sort ses premiers EP sur sa propre structure, Solesides, ainsi que sur le label californien Hollywood Basic Records, monté par Dave « Funken » Klein, un ancien collaborateur du label Def Jam.

La période Mo’Wax

En 1993, Davis est approché par le jeune James Lavelle qui a monté son label, Mo’Wax, l’année précédente. Shadow sort son premier EP pour le label anglais, intitulé Influx/Insight la même année.

Un an après, tout en continuant de produire pour son label Solesides en collaboration avec Chief Xcel et The Gift of Gab qui forment Blackalicious, il sort deux nouveaux EP Lost & Found et What Does Your Soul Look Like.

En 1997, Lavelle l’intègre à son projet UNKLE pour l’album Psyence Fiction sur lequel sont invité des chanteurs venant de différents horizons allant de Richard Ashcrof (Verve) à Jason Newsted (Metallica) et de Thom Yorke (Radiohead) à Mike D (Beastie Boys).

Un sampler, une platine et des disques

Pour produire son premier album, DJ Shadow n’utilise pas toute une batterie de machines. Il se sert uniquement d’un sampler Akai MPC60, d’une platine Technics mk2 et d’une immense et très variée collection de disques.

L’album comprenant 13 tracks est produit uniquement avec des samples. Dans presque chacune de ces pistes, même celles de moins d’une minute, il est possible de retrouver en moyenne une bonne dizaine d’échantillons ; retravaillés ou pas, reconnaissables ou pas ; extraits d’obscurs disques de Soul et de Funk, de Rap old school, de Jazz, de Krautrock, de Rock, de bandes originales… DJ Shadow ne se donne aucune limite pour la production de son album intitulé Endtroducing.

Pour l’exemple, le titre Organ Donor se compose de quatre samples :

  • Deux pour les rythmiques : Tim & Bill – Someone et The New Breed – PM or Later ;

  • Un pour la mélodie : Giorgio Moroder – Tears ;

  • Un pour l’intro : Samson & Delilah – There’s a DJ in Your Town (à 1minute).

Il y ajoute quelques scratchs et autres arrangements pour ce résultat :

Un album inclassable

Endtroducing est encensé par la critique et connaît un grand succès auprès d’un très large public à sa sortie en 1996. Cependant, le classement de cet album dans une catégorie musicale est plus difficile. Il est perçu par certains comme le premier du genre Abstract Hip-Hop, par d’autres comme une référence du Trip-Hop au côté de Massive Attack et Portishead et encore par d’autres comme un album d’Hip-Hop expérimental.

De l’avis de son « papa » : « Parfois j’aimerais que tout soit juste classé par ordre alphabétique. J’ai composé Endtroducing en pensant faire du Hip-Hop et j’ai été heureux de constater qu’un autre public l’a apprécié (…). Mes héros Hip-Hop m’ont appris que l’idéal était d’exposer différentes musiques auprès de différents publics. »

Haalleycks

 


 

English version

 

In 1996, the American producer DJ Shadow released Endtroducing, a timeless LP we can listen now with the same pleasure, on Mo’Wax, the James’ Lavelle label. This LP produced with multiple samples became the basis of the fusion between Hip-Hop and others musical genre.

DJ Shadow, real name Josh Davis, discovered Hip-Hop in the early 80’s and began to play quickly. In the beginning of the next decade, he released his first EPs on Solesides, his own label, and Hollywood Basic Records, the label of David « Funken » Klein, a Def Jam former collaborator.

Mo’Wax period

In 1993, Davis met a young man named James Lavelle who created Mo’Wax the year before. This year, for the English label, Shadow released a first EP entitled Influx/Insight.

The year after, while continuing to produce for Solesides with Chief Xcel and The Gift of Gab, membres of the Blackalicious crew, he released two new EP, Lost & Found and What Does Your Soul Look Like.

In 1997, Lavelle integrated him to his UNKLE project to produce the LP Psyence Fiction, on which are invited singers from different horizon, from Richard Ashcroft (Verve) to Jason Newsted (Metallica) and from Thom Yorke (Radiohead) to Mike D (Beastie Boys).

Sampler, turntable and records

DJ Shadow didn’t need many machines to produce his first LP. He only used a sampler AKAI MPC60, a turntable Technics mk2 and a huge and various records collection.

The LP only produced with samples including 13 tracks. It’s possible to find approximatively a dozen of samples in each tracks, even the shortest which took less than 1 minute ; reworked or not, recognizable or not ; extracted from Soul, Funk, Rap, Jazz, Krautrock, Rock, Original soundtrack records… DJ Shadow had no limit to produce his LP entitled Endtroducing.

For example, Organ Donor contains four samples :

  • Two for the rhythmics : Tim & Bill – Someone and The New Breed – PM or Later ;

  • One for the melody : Giorgio Moroder – Tears ;

  • One for the introduction: Samson & Delilah – There’s a DJ in Your Town (at 1minute).

He added some scratches and others musical arrangements for this result :

An unclassifiable LP

After its release in 1996, Endtroducing had good reviews and success to a very large audience. Meanwhile the classification of this LP in a musical genre was really hard. Some thought it was the first Abstract Hip-Hop LP and others thought it was a Trip-Hop LP like those of Massive Attack and Portishead or an experimental Hip-Hop LP.

According to DJ Shadow : « Sometimes, I would like everything be classified in alphabetical order. I thought to produce an Hip-Hop LP with Endtroducing and I was happy to see an another audience liked it (…). My Hip-Hop heroes learned me the best way was to show different music to different audience. »

Haalleycks

Translation : Haalleycks, Shidarun Asaka

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.