Category OSBGS Mag

L’EBM, QUAND LA BELGIQUE PRÉFÈRE LES SYNTHÉS AUX GUITARES / EBM, when Belgium preferred synths to guitars

English version belows

Au début des années 1980, la Belgique voit apparaître une scène électronique très active appelée EBM (Electronic Body Music) qui influencera l’émergence des scènes New Beat, Techno et Hardcore en Europe.

Malgré sa petite taille, la Belgique fourmille d’artistes et de groupes qui vont former la scène EBM, certains sont francophones, d’autres flamands. Ceux-ci ne se côtoient pas mais ils auront tous un point commun, leur intérêt pour les synthétiseurs.

Le pionnier Luc Van Acker

Tandis que les groupes anglais Cabaret Voltaire et Throbbing Gristle se focalisent sur une musique basée sur des rythmiques faites avec des percussions métalliques et des distorsions durant les années 1970, Luc Van Acker, un jeune belge se prend de passion pour les synthétiseurs.

Il sillonne toutes les boutiques d’instrument du pays dès l’adolescence pour se procurer plusieurs synthétiseurs qui lui permettront de composer son premier album, Taking Snapshots, qui sort en 1982. Il devient ainsi le premier artiste belge à jouer en live une musique 100% électronique qui attire l’attention du public et de l’étranger.

Front 242, une autre base de l’EBM

Comme Van Acker, le groupe Front 242 formé par Daniel Bressanutti, Dirk Bergen, Patrick Codenys et Jean-Luc De Meyer se plonge dans l’expérimentation des synthétiseurs pour en sortir un son unique qui ne soit pas basé sur les sonorités déjà enregistrées dans les machines.

Ils autoproduisent leur premier album, Geography, en 1981 avant d’intégrer le label Les Disques du Crépuscule qui le rééditera en 1983 puis sortira, l’année leur second opus, No Commentqui permettront au groupe d’acquérir une visibilité européenne.

Au-delà de la Belgique

La scène belge se développe rapidement et d’autres groupes commencent à se faire un nom tel Klinik, The Neon Judgement ou à;GRUMH qui, comme Luc Van Acker et Front 242 continue d’expérimenter les sonorités synthétiques.

D’autre scènes se forment également en en Europe, essentiellement en Allemagne avec le groupe DAF (Deutsch-Amerikanische Freundschaft) et Die Krupps ainsi qu’en Angleterre avec Nitzer Ebb et Skinny Puppy.

Haalleycks

 

English version

In the early 80’s, EBM for Electronic Body Music appeared in Belgium and will influence others electronic music like New Beat, Techno and Hardcore.

Despite its small size, Belgium had a lot of musicians, solo and bands, Francophone or Flemish, who formed the EBM scene. They were not united but they had a common point, their interest in synthetizers.

The pioneer Luc Van Acker

When the English bands Cabaret Voltaire and Throbbing Gristle focused them on a music based on metallic rhythmic and distorsions during the 70’s, a young Belgian named Luc Van Acker was passionate by synthetizers.

When he was teen, he went in the music shops around the country to find several synthetizers which allowed him to compose his first LP,Taking Snapshots, released in 1982. He became the first Belgian musician to performed a fully electronic music live and draw the public attention.

Front 242, an another EBM base

Like Van Acker, Front 242, formed by Daniel Bressanutti, Dirk Bergen, Patrick Codenys and Jean-Luc De Meyer experimented synthetizers to create their own sound which was not bsed on the machine preset.

The group producted himself its first LP, Geography, in 1981 before to integrate the label Les Disques du Crépuscule. The label reissued it in 1983 and released the second Front 242 opus, No Comment, which gave it an European visibility.

Beyond Belgium

The Belgian EBM scene grew up qhickly and other groups as Klinik, The Neon Judgement or à;GRUMH gained in popularity. Like Luc Van Acker and Front 242, they experimented synthtizers to find their sound identity.

Others EBM scenes appeared in Europe, essentially in Germany with DAF (Deutsch-Amerikanische Freundschaft) and Die Krupps as well as England with Nitzer Ebb and Skinny Puppy.

Haalleycks

Translation : Haalleycks

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*