Category OSBGS Mag

RICHARD H. KIRK, DE CABARET VOLTAIRE À WARP / Richard H. Kirk, from Cabaret Voltaire to Warp

English version belows

Voilà 45 ans que Richard H. Kirk a commencé à produire. Premièrement avec son groupe Cabaret Voltaire mais également en solo sous de très nombreux alias. De plus, il contribue à l’émergence du label Warp en signant quelques-unes de leurs premières sorties.

Sheffield est une de ces villes comparables à Detroit de par son histoire en lien très étroit avec la révolution industrielle mais également avec sa scène musicale riche et très influente sur les musiques électroniques. Une des figures emblématique et en même temps secrète de la ville est Richard H. Kirk.

Les débuts avec Cabaret Voltaire

En 1973, Kirk fonde le groupe Cabaret Voltaire (le nom est inspiré du lieu culturel où se réunissait le groupe artistique Dada à Zurich en 1916) avec Stephen Mallinder et Chris Watson. Il devient avec le groupe londonien Throbbing Gristle un pionnier de la musique industrielle.

À travers l’utilisation du sampling, ils abordent de nombreux thèmes liés à la société consumériste de l’époque et brossent un portrait des plus sombre de l’Angleterre Thatchérienne.

Cependant, Cabaret Voltaire ne s’arrête pas uniquement à l’Indus pure et la mélange au cours des années 1980 et 1990, avant leur séparation en 1994, à l’Electro Funk, la Synthpop et la Techno. Il collabore même avec Marshall Jefferson sur l’album Groovy, Laidback & Nasty en 1990.

Une prolifique carrière solo

Parallèlement à son groupe, Richard H. Kirk produit sans cesse. En utilisant plusieurs pseudonymes différents, il signe une myriade d’albums et d’EPs dans divers styles comme le Dub, l’Ambient et la Techno.

Il aide de nombreux producteurs de la ville comme Mark Brydon et son groupe de Funk industriel Chakk en leur ouvrant son studio ou en les produisant sur son label Doublevision. C’est ainsi qu’il rencontre en 1989 deux jeunes hommes qui viennent d’ouvrir leur label Warp Records.

Collaboration avec Warp

En 1990, il sort sous les pseudonymes Sweet Exorcist (avec DJ Parrot) et Tricky Disco trois EPs, Testone, Clonk et Tricky Disco, qui symbolisent la première période Bleep Techno du le label de Steve Beckett et Rob Mitchell.

Il continuera tout au long de la décennie de sortir sur Warp des EPs mais également des albums qu’il signe sous son propre nom comme Virtual State (1994) et The Number of Magic (1995).

Haalleycks

 


English version

Richard H. Kirk began his musical 45 years ago with Cabaret Voltaire and alone with many aliases. Furthermore, he released some of the firsts Warp Records EPs.

Sheffield is comparable to Detroit with its history closely connected with the industrial revolution and its musical scene which influenced electronic music. One of the leading, and discreet, figure is Richard H. Kirk.

The beginning of Cabaret Voltaire

In 1973, Kirk formed Cabaret Voltaire (the names is inspired by the place in Zurich where the members of the Dada movement met them in 1916) with Stephen Mallinder and Chris Watson. With the Londoner band Throbbing Gristle, it became an Industrial music pioneer.

Through the use of the sampling, they approached many society themes like the consumerism and drew a dark portrait of the England when Margaret Thatcher leaded it.

During the 80’s and the 90’s, Cabaret Voltaire mixed Industrial music with Electro Funk, Synthpop and Techno. They produced with Marshall Jefferson the LP Groovy, Laidback & Nasty in 1990.

A prolific solo career

In parallel to Cabaret Voltaire, Richard H. Kirk produced constantely. He signed many LPs and Eps influenced by Dub, Ambient and Techno under different pseudonyms.

He helped many producers of Sheffield like Mark Brydon and his Industrial Funk band Chakk by opening his studio and producing them on his label Doublevision. That is how he met two young men who just created Warp Records.

Collaboration with Warp

In 1990, he released under the aliases Sweet Exorcist (with DJ Parrot) and Tricky Disco three EPs, Testone, Clonk and Tricky Disco, which symbolized the Bleep Techno period of the Steve Beckett and Rob Mitchell’s label.

During the decades he also released on Warp LPs like Virtual State (1994) and The Number of Magic (1995) under his name.

Haalleycks

Translation : Haalleycks

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*